Du même thème
Recherche

accès rapide
his461.jpg
3267

Saison : Championnat de France 500cc 1981, 2/3


21/08/2015

Chateau du Loir, Villars, Herzeele et Iffendic

Par Dilhat
Championnat de France 500
Première Epreuve : JJB bien sûr !

Disputée Château du Loir, mi avril, et sous des cieux relativement cléments, la première épreuve voit la domination sans partage de Jean-Jacques Bruno. Doublé impeccable pour le pilote Suzuki qui n’aura guère tremblé lors de cette ouverture.



Jean-Jacques Bruno vainqueur de l'ouverture *

Plus intéressant est le duel engagé entre Richard et Patrick Boniface pour le fauteuil de dauphin du roi Bruno. Un score de 3/2 pour l’un, l’exact opposée pour l’autre, et voil les frangins en parfaite égalité pour la seconde place provisoire.

Derrière, cette première épreuve aura marqué le retour au premier plan de Dan Péan. Blessé au doigt, en plus d’être convalescent, Daniel va s’élancer en tête lors de la première manche et couvrir quelques tours en leaders, se rappelant au souvenir de tous. Diminué, donc, il finira par glisser quelque peu dans le classement mais une honorable cinquième place sanctionne cette première manche. Tombé au départ de la seconde, il va entamer un retour courageux pour une septième place et intégrer le top 4 provisoire au terme de la première épreuve égalité avec un Denis Vimond égal lui-même (7 et 5).

Les Husky boys ont animé également cette ouverture, commencer par un étonnant Christian Lhomme, super rapide, proche du podium, mais trahi par sa mécanique en seconde manche (4/DNF). De même Grégnanin a rebondi superbement après un abandon initial (DNF/4). Nul doute que ces deux hommes ont apprivoisé la 430 … tout comme Hamard, remarquable tout au long du week-end (8 et 6) et dans une moindre mesure Boer (9 de la seconde manche).

Le week-end sera en revanche décevant pour un Coco Gomez pas en veine (6/DNF) et plutôt moyen pour Neimer (9 et 8).

Deuxième épreuve : On prend les même et on recommence.

Autre circuit prestigieux pour accueillir le championnat 500, Villars sous Ecot, et les résultats constatés en franche comté vont peu différer de ceux enregistrés Château du Loir.

JJB continue son cavalier seul et semble idéalement lancé pour le grand chelem. 1/1 et une opposition presque résignée…

Le circuit de la Versenne renvoie les Bony dos dos avec de nouveau un score partagé (3 et deux contre deux et trois) et un podium toujours 100% nordiste et au deux tiers « Boniface ».
Derrière Dan Péan réussit une bonne seconde manche (quatrième) qui entérine son retour au premier plan, mais un DNF lui coute de précieux points. Coco Gomez e retrouvé des couleurs et une précieuse régularité (4 et 5), même s’il demeure un peu cours pour le podium. Vimond s’est montré une nouvelle fois efficace (5 et 8) tout comme Grégnanin (2x6) et Hamard qui continuent d’impressionner favorablement par leur adaptation. Lhomme a troqué sa vitesse contre la régularité et score un honnête (7 et 9). Boer monte en puissance (7 en seconde manche) alors que Neimer connait un week-end frustrant (zéro pointé). On notera de manière anecdotique le point méritoire récolté en seconde manche par un pilote du sud ouest dont le patronyme deviendra célèbre quelques années plus tard : Jean-Michel Musquin !



Jean-Michel Musquin

Brou, la surprise Grégnanin !

Nouvelle épreuve, et nouvelle destination de prestige pour la caravane du 500 inter : Brou, probablement le plus beau circuit de l’hexagone et toujours une organisation de qualité.

Cette épreuve sera marquée par deux événements. La première consiste en l’abandon de JJB, victime d’une mécanique capricieuse en première manche, cet impair mettant fin ses rêves de grand chelem. Corolaire de cet abandon, un autre pilote que l’homme la Suzuki va s’imposer lors de cette épreuve. On peut légitimement penser aux Bony, fidèles lieutenants de Bruno au sein de la garde nordiste. Il n’en sera rien. Patrick maintien son rythme de croisière 3 et 2, mais laisse passer l’occasion de s’imposer. Pour autant l’affaire est bonne pour l’officiel Honda car son frère Richard connaît un week-end délicat (DNF/5). Et c’est donc l’inédit Grégnanin qui s’impose lors de la première manche, consolidant son succès initial par une solide quatrième place dans le second débat. Rapide et opportuniste, le sympathique sudiste s’offre l un succès de prestige et se positionne pour la course au podium.



Philippe Grégnanin, vainqueur d'une manche

Le moment phare de ce week-end sera cependant le superbe mano mano que se sont livrés Dan Péan, porté par son public, et Super Bruno en seconde manche. Véritable « revival » de leurs duels effrénés des années « deux et demi », avec pour conclusion une nouvelle victoire du pilote d’usine au dépend de son vieux rival retrouvé.

Derrière, Coco Gomez et Neimer font parler la poudre en première manche (respectivement troisième et quatrième) avant de subir les affres de la mécanique en seconde. Jan Boer s’éclate (5 et 7) et devance au passage Denis Vimond (6 et 8) et Christian Lhomme (7 et 6). Absent lors des deux premières épreuves, l’étonnant Jean-Jacques Panis se signale par une bonne première manche (huitième).

Herzeele : Le grand gâchis.

Difficile, même avec du recul, d’évaluer les raisons des uns et des autres et surtout la pertinence de leurs arguments, toujours est-il que la grande majorité du peloton se prononce en faveur de la grève lors de cette quatrième épreuve, organisée par le MC Cassel Herzeele. La boue est venue pointer du doigt certaines insuffisances, c’est vrai, de l’organisation. Pourtant les autres épreuves programmées ce jour l auront bien lieu (Trophée Kawa 125, entre autres…) ce qui démontre que la course aurait pu se jouer la régulière. Hélas il n’en sera rien. De fait, seuls trois pilotes vont s’aligner au départ de ce simulacre de course, Yvon Breton remportant pour cette occasion sa première et dernière victoire en championnat de France, marquant également pour l’occasion les seuls points de son exercice 81… suffisant pour apparaître au neuvième rang de la hiérarchie nationale en fin de saison.



Seulement 3 pilotes derrière la grille **

Iffendic : Bruno/Péan Acte II.



JJB en mode GP !

Sur le superbe circuit breton, et sous des cieux beaucoup plus cléments, la première manche de cette quatrième épreuve voit se dérouler un scénario similaire celui de Brou. Belle envolée de Péan qui commence par s’échapper, avant que Bruno ne sorte le rythme « GP » (celui qui lui faisait gagner des courses en championnat du monde…) et ne vienne reprendre son nemesis tel un peloton du tour de France happant avec cruauté l’échappée du jour sous la flamme rouge.

La seconde manche sera plus tranquille pour Bruno et moins prolifique pour Péan, victime d’une crevaison fatale. Alors Grégnanin pourra de nouveau goûter les joies du podium grâce un nouvel exploit (5 et 2), devançant un Bony - Patrick - constant, défaut de briller (3 et 5). Performance toujours plus appréciable que celle de son malheureux frère qui victime des impondérables de la course moto ressort de ce week-end sans avoir glané le moindre point… Adieu le premier accessit au championnat. Week-end peine moins misérable pour Coco Gomez (7/DNF) et pourtant meilleur que celui de Lhomme (zéro pointé), alors que Hamard et Boer comptent au rang des blessés et voient ainsi leurs espoirs de bien figurer au terme de ce championnat s’envoler par la même occasion.

Grand bleu en revanche pour Neimer qui signe une superbe performance (6 et 3), entrainant dans sa foulée un excellent Panis (7 et 4). Le grand Vimond était également bien disposé (quatrième de la première course) hélas, il ne rejoindra par l’arrivée lors du second débat. A noter également le très beau classement du local Jestin, qui s’empare d’une très belle sixième place en seconde manche…

Photos : M.Moncler avec son aimable autorisation sauf * Moto Revue n°2506 et ** CETT n°27
Vos commentaires
Articles du même thème